Mud – Matthew McConaughey sur les rives du Mississipi

Qu’est-ce qu’elles sont jolies les filles du Mississipi… (air connu)

Jeff Nichols, c’est le petit trentenaire que personne n’attendait dans le paysage cinématographique américain actuel. Pourtant, il lui a suffi d’un film en 2011, « Take Shelter », pour exploser à grands coups de barre à mine la porte du cinéma indépendant et installer son fessier sur le trône. Acclamé par la critique et le public, relaçant du même coup la carrière de Michael Shannon qui avait un coup dans l’aile et montrant qu’il est possible de réaliser un film sur la fin du monde sans un budget hollywoodien, Jeff Nichols réussi et impressionne. Vous vous doutez donc que son deuxième long-métrage, « Mud », était plutôt attendu au tournant. 

Mud ou comment Tom Sayer est devenu barbu

Le film raconte l’histoire de deux jeunes garçons de 14 ans vivant au Mississipi, Ellis et Neckbone. Alors qu’ils explorent une petite île à la recherche d’un meilleur bateau dont leur a parlé un ami, ils tombent sur Mud. Une simple chemise, des tatouages, trop de barbe et de cheveux pour être honnête (mais porté par le charme certain de Matthew McConaughey), Mud leur explique qu’il vit ici et attends sa copine Juniper afin de s’enfuir avec elle.

Au cours de ses deux heures, le film tente d’aborder trois thèmes : La difficulté de s’aimer, le passage à l’âge adulte et surtout le besoin d’évasion. Ici, la nature est omniprésente. Prenant place dans un Etat où vivre sur l’eau est une normalité, le film prône ce retour à la nature et à nos sources, loin des villes et des problèmes qu’elles peuvent apporter. La preuve, tous les objectifs ramène les protagonistes à retourner entres les arbres ou sur l’eau. La ville n’apporte que le malheur ou les problèmes, que ce soit pour Mud qui a décidé de vivre sur son île ou bien pour les personnages secondaires comme les parents d’Ellis, en pleine séparation, divisé entre cette dualité entre ville et nature. Bien qu’interprété par une sacré tête d’affiche, Mud n’est pourtant là que pour faire écho au héros : Ellis. Le film raconte avant tout sa transformation, d’enfant à adulte, et les problèmes que cela implique. Face à un Mud représentant tout ce que la nature a de plus enfantin et premier degré et Neckbone, l’enfant qui, à cause de ses problèmes, n’a pas réellement eu d’enfance, Ellis se doit d’affronter ce processus.

Envie d’évasion ? Mud vous paye le voyage

Jeff Nichols prouve une nouvelle fois qu’il n’est vraiment pas un idiot et confirme son image de « talent à suivre ». Une image cherchant à chaque prise la perfection dans le décor qui l’entoure, une histoire soignée où l’évolution d’Ellis se reflète dans tous les personnages secondaires, il y a un sentiment de bonheur qui dégage de ce film et qui donne envie de partir, s’enfuir, et ne jamais revenir. On regrettera cependant le fait que Nichols ne puisse pas s’empêcher d’en faire trop à l’écriture, cela donnant parfois des dialogues un peu niais et des scènes un poil trop longuettes. Mais le spectateur avisé saura passer par-dessus cela, emporté par une BO blues/country agréable. Après tout, un film qui donne envie de vivre dans la forêt et de ne plus en avoir à foutre de rien, ça fait relativiser de nombreuses choses.

Verdict : Très bon film, à voir !

> Détail du film Mud sur TOP250

Victor (alias Inthepanda). INTHEPANDA est une chaîne Youtube regroupant la chronique fiction "Unknown Movies" réalisée par Victor Bonnefoy, ainsi que toutes ses autres productions. Page Facebook : @InThePanda - Profil Top250 : MrPanda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.