[Critique ciné] Jason Bourne : J’ai oublié d’écrire un scénario

« Mon père, j’ai péché. »
« Parlez mon fils. »
« Grand amateur de cinéma, je n’ai jamais réussi à accrocher à la saga Jason Bourne qui reflète, pour moi, une pâle imitation de 24, le talent en moins. »
« Vous êtes tout pardonné mon fils, Universal a fait en sorte de mettre tout le monde d’accord sur la médiocrité de ce nouveau volet. »
« Oh merci ! Puis-je le critiquer sans crainte ? »
« Ce sera aux commentaires d’en juger, mon fils »
« Top, je file. On se voit dimanche. Embrasse maman de ma part. »

Après avoir réglé sa confrontation avec la C.I.A, Jason Bourne se dit que ce serait sympa de racler un peu plus profondément la merde. Il se remet donc à la recherche de son passé (ce type est pire que Dory) pour découvrir une énième conspiration encore pire que les autres et péniblement rattachée aux précédents volets par des scénaristes en manque d’inspiration. Plus Big Brother toujours prêt à gaspiller l’entièreté des moyens de l’agence pour le capturer (tu m’étonnes qu’il voit pas venir le 11 septembre).

Jason Bourne

« J’ai oublié d’écrire un scénario »

Vous l’aurez compris, je ne suis initialement pas un grand adepte de l’agent amnésique, mais je crois bien qu’avec ce nouveau volet, même ses fervents défenseurs ressortiront bien déçus de la salle. Moins pire que Bourne Legacy du fait d’un rythme plus soutenu qui se laisse suivre, Jason Bourne a tous les défauts de la suite poussée là pour faire du fric sur une licence qu’on ferait bien de laisser tranquille.

La première victime de ce nouveau volet inutile est le scénario, véritable numéro de magie qui nous ressort de nul part un papa lié au complot, une vilaine Némésis datant de sa jeunesse, un grand patron encore plus machiavélique que les autres grands patrons qui étaient déjà pas mal machiavéliques, et toujours ce twist scénaristique qui nous apprend que la C.I.A a des secrets !
Rien ne s’attache de manière logique et la grossièreté des rajouts clairement imprévus pour la construction de cette suite nous rappelle les grandes heures des Feux de l’Amour (oui parce que bon, le deus ex machina de la perte de mémoire ça va bien 5 minutes).

Mais tout ça ne serait rien sans la caméra portée vomitive utilisée à outrance, rappelant la fainéantise des frères Dardennes (« Non mais non, on est pas nul, c’est un parti pris ») et qui atteint son summum dans une séance de course poursuite, parodie de Taxi, tout simplement illisible.

Jason Bourne avec Vincent Cassel

« J’ai oublié de construire mes personnages »

Ajoutez à ça un manque total d’attachement aux personnages qui sont exclusivement dans le verbal et jamais dans l’émotionnel (je veux bien qu’il soit de la C.I.A mais quand même).
Un Matt Damon en pilote automatique qui nous gratifie de son plus grand jeu d’acteur avec sa tête d’hamster dépressif à toutes les sauces.
On remarquera aussi un manque de fond gênant, tant la vengeance de Bourne, en particulier envers les « agents » comme lui, est un contresens qui pose problème par le parti pris sérieux du film d’ériger Jason Bourne en tant que héros là où il cause clairement plus de problèmes qu’il n’en règle.

Et pourtant certains concepts auraient pu marcher si on les avait utilisés dans un autre film d’espions détaché de la saga. Le trio de « méchants » (Tommy Lee Jones, Vincent Cassel, Alicia Vikander) se débat tant bien que mal pour faire croire à l’intrigue. L’un des fils narratifs se basant sur les soucis de vie privée causés par les réseaux sociaux ou autres applications et la coercition que ceux-ci peuvent avoir avec les agences gouvernementales semblent plus que jamais d’actualité.
N’en demeure pas moins qu’en ayant voulu les intégrer dans une suite qui n’avait pas lieu d’être et qui perd trop de temps à essayer de lier (sans succès) le tout à la saga, ce Jason Bourne est clairement un raté qui devrait rappeler, une fois encore, que cette saga n’était prévue pour n’être qu’une trilogie.

 

Ma critique vidéo sur Jason Bourne

 

Bande Annonce VF de Jason Bourne

(Visited 7 times, 1 visits today)

Wen.
Web-série : Tea Time
Court métrage : Hypnos 600
Mon profil Top250 : Wen
Ma chaîne Youtube : Critiques ciné/série en 180 secondes
Mon profil Facebook : Wenceslas Lifschutz

5 Comments

  1. Blair O

    16 août 2016 à 16 h 06 min

    Bon ok mais finalement tu as aimé ou pas ?

    • Wen

      17 août 2016 à 0 h 23 min

      Ben … non.
      C’est en tout cas ce que je me suis évertué d’expliquer sur un article et une vidéo ^^

      • Nico

        17 août 2016 à 9 h 07 min

        J’ai bien aimé ta façon d’expliquer que le film est mauvais et que tu n’as donc pas aimé sans écrire que tu n’as pas aimé.

        En même temps « ce Jason Bourne est clairement un raté » est plutôt explicite 😉

      • Blair O

        17 août 2016 à 10 h 24 min

        Oui, oui, c’était très clair, bien argumenté et bien écrit.
        J’étais juste d’humeur taquine 😉

        • Wen

          17 août 2016 à 10 h 58 min

          Ah excuse moi je l’ai pris au premier degré ^^
          Merci pour tes retours 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.