[Critique Série] Legion : T’es sûr que t’as rien mis dans mon verre ?

Image de la série Legion

En cette année 2017 les mutants de l’univers Marvel nous ont comblés.

D’un côté nous avons eu un baroud d’honneur magistral pour Logan (1) qui a déchaîné le grand écran, et de l’autre côté, une série complètement dingue qui débarquera le 25 avril sur OCS. Leur point commun ? Nous sortir du modèle standard des films et séries de super héros !

Legion est une série créée par Noah Haley, le papa de la série Fargo. Cette série de super héros raconte l’histoire de David (Dan Stevens) qui ne contrôle pas du tout ses pouvoirs psychiques et qui va se faire aider par une bande de mutants.

Image de la série Legion

Dit comme ça on ne voit pas en quoi cette série est remarquable. Des mutants qui aident des homo superior dans le besoin, c’est le principe même des X-Men donc rien de nouveau.

Mais cette série se démarque dans la gestion de sa narration ainsi que dans son visuel. C’est ce que je vais vous montrer pour vous inciter vraiment à regarder cette série qui rafraîchit le genre.

 

Legion : j’comprends pas tout mais c’est bien écrit !

Oui le titre de cette partie semble paradoxal, et pourtant c’est vrai !

Combien de fois sur ses huit épisodes je me suis dit « d’accord, j’ai pas tout compris, vivement le prochain épisode ! ».

Legion, c’est une histoire folle, d’où le fait qu’on ne comprend pas tout. David est schizophrène, enfin finalement pas vraiment vu qu’il a des pouvoirs, enfin peut être qu’il l’est en fait ?! Voilà, c’est un peu le bordel dans sa tête, et ça finit par l’être dans la nôtre au point de ne plus distinguer parfois le réel et l’imaginaire. Qu’est-ce que notre héros a modifié de la réalité ? Le déplacement soudain d’un espace à un autre est uniquement dans des lieux de son esprit ou alors il a basculé du réel à l’esprit ?

La série n’hésite pas à changer le format de l’image, passant d’un écran plein à un écran avec des bandes noires pour que l’on se demande où nous nous retrouvons. En revanche on peut lui reprocher de trop en user si bien que parfois on n’en comprend pas l’utilité…

Image de la série Legion

Aussi, il y a un gros travail sur les couleurs, pour nous faire voyager d’un espace à un autre, sans oublier un montage délirant. Autant vous dire qu’il faudra y revenir à deux fois pour comprendre la totalité des événements malgré tous les indices. C’est un peu comme Matrix, sauf que là, on a un puzzle complet que maman a bien rangé à l’abri des enfants qui auraient pu perdre des pièces. Et ce qui est intelligent c’est aussi de nous faire vivre la série à travers les yeux du héros.

Mais aussi à travers ceux de Sydney (Rachel Keller), puisqu’elle a eu l’occasion d’être dans le corps de David après l’avoir touché. Oui je te l’accorde, on pense un peu à Malicia quand on voit les pouvoirs de cette blonde au visage angélique.

Image de la série Legion

 

T’es vraiment sûr que t’as rien mis dans mon verre ?

Toute la série s’inscrit dans une optique : brouiller les pistes, mystifier le spectateur. On a l’absence de repère temporel, dans quelle décennie s’inscrivent ces événements ? Par exemple il y a une architecture typique des années 70 pour le repaire des mutants, un hôpital psychiatrique qui semble nous conduire à la même conclusion mais aussi des militaires avec des technologies plus modernes. Des visuels d’époques précises se mélangent au point de ne jamais savoir où l’on se situe exactement.

Notons d’ailleurs qu’il ne faut pas s’attarder sur son ancrage dans la continuité filmique. Un seul élément nous sera révélé sur la potentielle connexion avec l’univers cinématographique, et ça ne nous aidera pas pour autant. Par ailleurs, l’antagoniste choisi pour nous emmener dans cette histoire folle incarne vraiment ce qu’il y a de pire en termes de troubles mentaux.

Il entre dans votre esprit comme une phobie qui s’installerait dans un coin de votre cerveau pour ne jamais en partir.

Image de la série Legion

Cette série, comme je le disais en introduction, nous invite à découvrir le monde super héroïque sous un nouvel angle. Ici la bataille n’est pas dans l’affrontement physique, mais bel et bien dans un combat psychique acharné. Si vous êtes angoissés, que vous ressentez de la claustrophobie, que vous avez le sentiment que tout ne tourne pas rond durant votre visionnage, ne cherchez plus, c’est que la magie de cette écriture complètement barrée opère sur vous !

Et la folie de l’écriture n’est pas que textuelle, elle est aussi visuelle, ce qui ne fait que renforcer l’idée que votre esprit est dérangé.

Legion c’est tout ça, une histoire complètement folle, une forme qui sert le fond avec talent. On retiendra les différents formats d’image, le choix des couleurs, des ambiances, des décors ! À l’heure actuelle, difficile pour moi de dire quoi jeter dans cette première saison tant elle paraît complète et aboutie.

Et vous qui l’avez vue, comment ça va dans votre tête depuis ?

(1) Voir ma critique vidéo de Logan

Bande annonce de la série Legion

Affiche de la série Legion

Image de la série Legion


> A voir aussi, la critique de Iron Fist : 

[Critique Série] Marvel’s Iron Fist : Force jaune !

(Visited 41 times, 1 visits today)
Morgan. Ma chaîne Youtube : Morgan et son ciné - Mon profil Top250 : morgancinema - Ma page Facebook : Morgan et son ciné

1 commentaire

  1. Tom

    8 mai 2017 à 9 h 31 min

    Super série !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.