[Critique Cinéma] Les Gardiens de la Galaxie 2 : We are family

Image du film les gardiens de la galaxie 2

Après une lamentable tentative de copie chez le studio concurrent ayant été couronnée de l’oscar de la honte (on parle de Suicide Squad pour les deux du fond qui ne suivent pas), Les gardiens de la galaxie nous reviennent dans un second volet bien décidé à rappeler que ce sont eux, et eux seuls les ambassadeurs du film super-héroico-spatialo-funko-comique.

les gardiens de la galaxie

Hooked on a feeling

Là où le premier volet nous contait le rassemblement de 5 loosers que le destin avait réunis pour faire le bien sous un lien familial (non sanguin), ce second volet développe plus en profondeur le concept de famille et les relations que les héros entretiennent entre eux (par l’intermédiaire de l’intronisation de trois nouveaux personnages quasi-principaux).

Et cette volonté de surenchérir sur les sujets /réussites du premier est bien l’attrait principal de cette suite. Plus de personnages, plus de rapports familiaux, plus d’humour, plus de chansons, plus d’effets spéciaux, plus d’easter egg. A la manière d’un Avengers 2, James Gunn a compris ce qui a marché dans le premier volume, et laisse libre court à son univers pour offrir aux spectateurs une surenchère de sa recette.

Alors oui, c’est très bon, mais le risque de ne jouer que sur ce tableau connu, c’est de regretter l’attrait novateur et révolutionnaire du premier volet (à la manière du 1er Avengers) tout comme cette sensation que ses nombreux rajouts ont été faits au détriment d’une histoire commune.

Car si chaque protagoniste a le droit à un temps d’écran et un développement scénaristique globalement semblable, le film devient inexorablement un film de personnages autour desquels on construit des histoires, plutôt que le film d’une histoire dans laquelle évoluent des personnages. Ce parti pris cause un certain déséquilibre de rythme, la narration étant moins fluide puisque concentrée sur plusieurs groupes de personnages évoluant séparément, et naviguant d’épreuves en épreuves avant de se retrouver dans un simulacre d’unité narrative finale.

Image du film les gardiens de la galaxie 2

We are family

Mais ce désagrément se fait au profit d’un développement constant des points positifs du premier volet faisant des retrouvailles avec les gardiens une expérience extrêmement jouissive. Rythmées au son d’une nouvelle excellente bande originale (avec quelques surprises dont un caméo physique et vocal inattendu), les scènes d’action s’enchaînent, en désamorçant habilement l’héroïsme « too-much » par un humour efficace, sans oublier pour autant les aspects dramatiques donnant un enjeu à cette cour de récré galactique.

L’équipage sent le vrai, aussi bien par le plaisir affiché de faire partie de l’aventure de la part des acteurs, que par le développement des sentiments entre les personnages et leur manière d’être en communauté.

On assiste à de vraies relations au sein d’une famille, entre rivalité sororale, paternité de substitution, amour maladroit, et agressivité pour masquer une crainte de ne pas être aimé. Sous ses aspects de blockbuster space-opera, Les Gardiens de la Galaxie 2 est un film profondément humain … mais avec des extra-terrestres.

Image du film les gardiens de la galaxie 2

Et chaque protagoniste profite de vraies particularités de comportement les rendant uniques au sein de l’équipage, et offrant aux spectateurs un affect à l’humanité derrière le héros, que ce soit pour son drame, ou pour son attrait humoristique : l’absence d’inhibition chez Drax, les tacles de Rocket, le côté gauche de Star lord, la froideur de Gamora…etc. Ils ne sont pas objets de la narration, car assez définis pour servir utilement et de manière unique les situations.

Les rajouts au casting sont les bienvenus, et marquent une volonté de prolonger la diégèse galactique de l’univers Marvel.

On saluera l’excellente prestation de Kurt Russel qui s’amuse à défendre un rôle avec une belle ligne narrative. Les caméos et autres easter egg sont légions, faisant plaisir aux fans, bien que l’aventure semble coupée de l’immensité de la galaxie présentée. Tout ce beau monde transpire la pop des années 80, jusqu’aux décors qui souffrent parfois de certains effets spéciaux clairement visibles et moins réussis que la globalité de l’oeuvre colossale des techniciens visuels.

Image du film les gardiens de la galaxie 2

Come and get your love

Les Gardiens de la Galaxie 2 est une franche réussite, mais en restant dans l’identité du premier volet, il souffre inexorablement du manque de nouveauté pour profiter au développement des points positifs de son prédécesseur au risque d’une surenchère parfois boulimique.

Il ne restera donc pas inscrit comme un film pionnier de l’univers Marvel, mais rassasiera les amateurs de la licence. Après d’excellentes intronisations de nouveaux univers ou de nouveau enjeux (Ant Man, Civil War, Dr Strange), prendre du temps pour se focaliser sur le fun d’une licence n’est pas problématique, tant que cela reste exceptionnel (contrairement à Iron Man 2 et 3 par exemple).

 

Ma critique sur Les Gardiens de la galaxie 2 en 180 sec

Bande annonce des Gardiens de la galaxie 2

Affiche des Gardiens de la galaxie 2

Image du film les gardiens de la galaxie 2

 


> A voir aussi, la critique que Legion : 

[Critique Série] Legion : T’es sûr que t’as rien mis dans mon verre ?

Wen. Web-série : Tea Time - Court métrage : Hypnos 600 - Mon profil Top250 : Wen - Ma chaîne Youtube : Critiques ciné/série en 180 secondes - Mon profil Facebook : Wenceslas Lifschutz

1 commentaire

  1. Groot

    8 mai 2017 à 9 h 23 min

    Excellent ce second volet ! J’ai hate de voir la suite de leurs aventures 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.