[Critique ciné] Le Monde de Dory

le monde de dory critique

13 ans après « Le monde de Nemo » , les studios Pixar donnent une suite à leur bébé du début du siècle qui avait ému et exalté le monde entier prouvant que Toy Story n’était que le début d’une très belle histoire cinématographique.

 

Nage droit devant, nage droit devant toi…

Prenant la suite directe des évènements du premier film, Dory vit sa sénilité au côté de Marin et Nemo, jusqu’au jour où un souvenir du tréfonds de sa mémoire va refaire surface, la poussant dans un voyage initiatique à la recherche de ses parents disparus.

Faire un film Pixar, c’est dur. Chaque sortie est un évènement, et rares ont été les déceptions à ce jour. Mais faire la suite d’un film Pixar, là, mes amis, nous dépassons un nouveau niveau de difficulté.

En effet, là, où les premiers volets offrent un univers nourri d’une richesse de diègése (univers filmique), d’idées, de clins d’œil, d’anthropomorphisme bien pensé, la suite est contrainte de reprendre ces mêmes règles et doit donc se démarquer sur d’autres tableaux que sur celui de la nouveauté avec l’ombre de son grand frère planant constamment au-dessus d’elle.

Et c’est bien ça le souci du Monde de Dory. C’est un excellent film d’animation, avec une réalisation magnifique, de grands moments d’émotion, des trouvailles drôles et touchantes, mais qui tient difficilement la comparaison avec le Monde de Nemo tant le voyage proposé s’avère moins impliquant pour nous autres spectateurs.

Car, à trop vouloir en faire, les réalisateurs se perdent dans un déluge de péripéties qui s’enchaînent trop vite et qui ne parviennent pas à égaler la pertinence du voyage de Marin (adieu les requins végétariens ou les plans à la mission impossible pour s’évader d’un bocal).

le monde de dory critique

 

Le monde de Pixar

Ceci étant dit, Le monde de Dory reste une pépite, de ce qui se fait de mieux dans le cinéma d’animation d’aujourd’hui.
Il est techniquement sublime, véritable bande démo de la facilité avec laquelle les artistes peuvent jouer avec le milieu marin, la chara-design* des différents types de poisson et les scènes d’action exaltées.

*charte graphique, d’animation, et parfois, psychologique, des personnages d’un projet.

Les péripéties, bien que moins inventives que lors du précédent volet, restent plaisantes à suivre et nous arrachent facilement rires et larmes. Un contrôle sur le ressenti du spectateur qui ne fait pas tâche dans la filmographique globale du studio.

De plus, on y ressent une cohérence globale (visuellement et « scénaristiquement ») avec Le monde de Nemo, ne serait-ce que sur cet humour très particulier de personnages secondaires venant traverser l’action de manière parfaitement absurde (palme à Gérard le Lion de mer).

Le personnage de Dory est, quant à elle, savamment utilisé pour prendre la place principale de l’univers (grâce aussi à l’excellent travail de sa comédienne de doublage Céline Monsarrat).
Du côté des anciens, on pourrait regretter la « figuration » de Marin et Nemo (dont l’intrigue est principalement calquée sur le premier volet) mais il est déjà plaisant de les compter présents tant il aurait été facile de faire oublier à Dory cet épisode de son histoire ; facilité à laquelle les scénaristes n’ont pas cédé.

le monde de dory critique

Pour les nouvelles têtes, on retrouve aussi de très bonnes choses, dont Hank le poulpe agoraphobe qui manque cependant de développement, la faute à un rythme trop soutenu pour nous laisser le temps de poser le « drame » du personnage. Mais on regrettera la performance très en deçà de Mathilde Seigner et Kev’ Adams, qui ne sont pas des comédiens de doublage, et qui annihilent deux ressorts comiques du long métrage.

Faire une suite au chef d’œuvre qu’est « Le monde de Nemo » s’avère être une tâche bien compliquée tant le principal défaut du film est la comparaison avec son aîné. Il n’en demeure pas moins que « Le monde de Dory » est un excellent film offrant rires et larmes comme, seuls les studios Pixar en ont le secret, et qui mérite d’être vu, tant par les adultes que les enfants, seul ou en famille.

 

Ma critique vidéo sur le Monde de Dory en 180 Sec

Bande Annonce VF du Monde de Dory

Nous sommes heureux d’accueillir Wen dans l’équipe Top250 qui va réaliser des critiques sur vos prochains films et séries préférées.Après avoir décroché un Master en Cinéma/Audiovisuelle à l’université Lumière Lyon 2, Wen est maintenant Acteur, Réalisateur et Youtubeur.

Allez jeter un coup d’oeil sur ses diverses réalisations, ça vaut le détour :
• Ses critiques ciné/série en 180 secondes sur la chaine Directive Première
• Sa web-série Tea Time
• Son court métrage Hypnos 600

Wen. Web-série : Tea Time - Court métrage : Hypnos 600 - Mon profil Top250 : Wen - Ma chaîne Youtube : Critiques ciné/série en 180 secondes - Mon profil Facebook : Wenceslas Lifschutz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.