[Critique ciné] Dans le noir : une histoire horrifique qui tient la route !

Film dans le noir - 2016

Produit par James WanDe quoi faire un sacré spot publicitaire, n’est-ce pas ?
C’est plutôt intriguant, surtout après le succès du deuxième volet de « The Conjuring ». D’ailleurs, Warner a même décidé de lancer une suite seulement quelques jours après sa sortie américaine, le film ayant réalisé le joli démarrage de plus de 20 millions de dollars. Et effectivement, « Dans le Noir » est vraiment une agréable surprise. Certes le film cache quelques défauts mais bon… Enfin un film d’horreur avec du contenu scénaristique et une idée originale !

Bref… James Wan engage David F. Sandberg en tant que réalisateur de ce long-métrage… Mais c’est qui ce gars ? Tout simplement celui qui a inventé l’histoire.
En effet, le film est une adaptation d’un court-métrage, que son metteur en scène, David F. Sandberg, avait réalisé en 2013 dans son appartement en Suède. Tout ça pour dire au final, que l’idée de reproduire cela en un long-métrage est vraiment intéressante, d’autant plus que je trouve le sujet franchement original.

Peu d’effets spéciaux, de vrais décors, le réalisateur joue sa carte « Joker » avec un concept qui sort de l’ordinaire. Concernant les acteurs, ils sont plutôt bons, malgré un jeu, parfois, un peu poussé à la limite du ridicule mais si nous entrions un peu plus dans les détails ? C’est parti !

Film dans le noir - 2016

 

Enfin une histoire horrifique qui tient la route !

Le titre résume bien le fond de ma pensée, car, oui, ce film d’horreur a une vraie histoire qui tient debout et qui n’est pas ridicule comme les vraies daubes horrifiques de cette année dont je ne citerai pas les noms.

Au menu, qu’avons-nous pour cette séance ? Peu après la mort de son père, Martin et sa demi-sœur, Rebecca, dont la mère souffre de troubles psychologiques, sont attaqués par une mystérieuse entité vivant dans l’obscurité. L’idée du court-métrage est donc bien reprise et on y rajoute une couche de vernis pour former un ensemble surprenant et efficace. Pas de blabla… Le film commence directement au cœur du sujet. Cela permet de capter notre attention dès les premiers instants. Puis, ce dernier s’enchaîne parfaitement sur une histoire intéressante, avec du suspens et quelques frissons garantis.

Certes, en sortant de la salle, il est moins effrayant que l’on pourrait le croire mais tout est dans la subtilité, basé sur un « jeu » d’angoisse. Quelques scènes sont effrayantes mais c’est surtout l’atmosphère globale qui fait la différence ! En effet, chaque instant du film est volontairement filmé au maximum dans le noir pour garder cette ambiance angoissante et oppressante. On a l’impression que cette entité est toujours présente et peut surprendre à n’importe quel moment (Oui… je suis resté scotché à mon siège). Cependant, quelques « jump-scare » inutiles seront utilisés (spécialité de James Wan) mais ne dégradant pas la qualité générale du scénario.

Enfin, les révélations concernant l’origine de l’apparition sont classiques (c’est ce que je reproche au film, ne pas avoir trouvé une idée originale sur ce point) mais d’une certaine logique et dans la continuité du scénario. Pour cela,  sont efficacement utilisés. Ainsi, une part de mystère reste conservée durant le film. Du suspens, des frissons et une entité maléfique originale… What else?

Film dans le noir - 2016

 

Les effets spéciaux ? Hors de ma vue !

David F. Sandberg joue la carte « Risque » sur les techniques employées pour tourner le film. Et finalement, le « quitte ou double » a drôlement bien fonctionné à mon goût. Tout d’abord, il faut savoir que le réalisateur a eu le moins possible recours aux effets spéciaux. Est-ce volontaire ? Bien sûr ! Ce dernier a surtout évité de trop s’éloigner de son court-métrage afin de rendre ce film aussi intriguant. Par exemple, durant le film, des harnais, des câbles et des poulies ont été utilisés pour faire « léviter » l’entité. Intéressant n’est-ce pas ? Et malgré le peu d’effets spéciaux, le film réussit à nous effrayer. Efficacité 100% !

D’autre part, un autre point intéressant participe également à cette volonté d’utiliser le moins possible d’effets non réels. Pour les scènes dans le noir (la quasi-totalité du film), le réalisateur a préféré nous plonger littéralement dans l’obscurité totale, à savoir qu’il n’a pas eu recours à ces fameuses lumières permettant de discerner certains objets suspects. Et on voit bien la différence à mon goût ! En réduisant notre champ de visibilité, cela rend le film plus angoissant !

Enfin, pas de décors fictifs car quasiment toutes les scènes ont été tournées dans des lieux bien réels. En passant par la maison utilisée dans « Ouija » puis par le quartier de Highland Park de Los Angeles et enfin par un vieil entrepôt pour l’entreprise du père, cet ensemble de lieux rend le film un peu plus crédible sur son contenu. Terminons sur les personnages et le casting !

Film dans le noir - 2016

 

Un jeu d’acteurs qui frôle le ridicule…

Comme tout film, il y a quelques défauts… certains ont été cités précédemment mais n’avaient pas d’impact majeur sur le film. En revanche, le jeu d’acteurs, assez mauvais, diminue la crédibilité de l’atmosphère angoissant du film. Et celle qui m’a le plus choqué c’est … Maria Bello !
On se demande vraiment ce qu’elle fait dans ce genre de films car elle n’arrive décidément pas à trouver sa place. Dans le rôle de la mère de famille en dépression, elle semble vraiment perdue dans ses faits et gestes, rendant son personnage plus qu’agaçant.

Cette remarque se reflète aussi pour Gabriel Bateman. Manque d’expérience ou de confiance en lui ? La question mystère. Quoiqu’il en soit, ce jeune acteur n’est, selon moi, pas encore assez mature pour jouer dans des films horrifiques. Le reste du casting reste correct avec la jeune et séduisante Teresa Palmer, accompagnée d’Alexander DiPersia. Un duo qui fonctionne bien ! Et petit clin d’œil à Billy Burke qui n’apparaitra que quelques instants dans le film.

En revanche, les personnages sont bien développés (ce qui rattrape le point négatif ci-dessus). La trame du film explique bien la situation familiale avec quelques « flash-backs », permettant d’en apprendre un maximum sur le passé de chacun. L’entité maléfique est effrayante et son identité physique est bien cachée jusqu’à la fin, lui gardant une part de mystère. Cela permet également de nous effrayer plus facilement vu que l’on ne voit que son ombre durant la quasi-totalité du film !

 

Pour résumer…

« Dans le Noir » est un bon film horrifique avec un véritable scénario, qui tient, enfin, la route. Un bon coup de balai pour mettre de côté toutes les grosses daubes de ce début d’année. Adaptation d’un court-métrage, le film reprend bien les bases et le réalisateur y rajoute une couche de vernis pour former un ensemble surprenant, efficace et effrayant. Avec la volonté d’utiliser au minimum des effets spéciaux, David F. Sandberg joue la carte « risque » mais son pari est vraiment gagnant ! Un ensemble vraiment correct et une agréable surprise, malgré un jeu d’acteurs à revoir… ! ☺

Ma note : TRÈS BON

 

Bande Annonce VF de Dans le noir

MediaShow. Mon site : www.mediashowbydk.com - Mon profil Top250 : mediashow - Ma page Facebook : Mediashow, Critique & Actu Cinéma

2 Comments

  1. Caroline

    8 septembre 2016 à 14 h 41 min

    J’ai trouvé le film très bon. Tout y est et en plus le scénario est assez original pour un film du genre. C’est vrai que le jeu d’acteurs n’est pas excellent mais il n’est pas si mauvais non plus. Bref j’ai passé un bon moment.

    • MediaShow

      27 septembre 2016 à 20 h 06 min

      Merci pour ton retour Caroline ! Il faut savoir que c’est une interprétation d’un court métrage, lui même écrit par le même réalisateur. Donc effectivement l’idée est originale 🙂

      J’ai passé aussi un bon moment ! N’hésite pas à partager l’article avec tes amis haha. Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.